Marina Ouvre la II CNMA

samedi 10 décembre 2005 par Zacharias Bezerra de Oliveira*

La ministre de l’environnement, Marina Silva, ouvre la deuxième Conferénce nationale en environnement. (Photo : Valter Campanato/ABr)

La deuxième Conferénce nationale en environnement ayant pour thème principal : Utilisation intégrée et soutenable de l’environnement et de ses ressources naturelles a eu lieu en une pluvieuse après-midi de ce samedi 10 décembre dans le Marina hall du Bay Park Hotel a Brasilia. Près de 2000 personnes, incluant les délégués élus lors des conférences d’états réalisés à travers le brésil en entier, seront réunis jusqu’au mardi suivant le 13,pour discuter et délibérer sur les politiques environnementales pour le pays. L’objectif de cette rencontre étant la continuation du débat nationnal sur la politique environnementale.

Marina Silva, la ministre de l’environnement, a souligné le travail de tous les responsables de l’organisation et fait mention spéciale “de l`ami et compagnon” Pedro Ivo Batista, coordinateur général de la comission organisatrice de cette deuxiéme conférence. Elle a souligné par le même moment, la nécessité de se placer comme des vrais représentants dans la médiation des conflits d`intéret. “Nous sommes dans l’erreur quand nous pensons que l’intérêt d’un peut se superposer aux intérêt des autres”.

La ministre a répondu aux critiques circulant, surtout sur l’internet, dans les dernières semaines, que 70% des délibérations de la Première Conférence sont dans un processus d’élaboration. “Je peux dire que des 600 résolutions approuvées à la I CNMA en 2003, plus de 300 dépendent des états et des villes”, a t`elle expliqué. Le président Lula m’a invité par rapport au Ministère de l’Environnement, a faire la politique du Gouvernement non pas la politique du Ministère, Mais, moi, je pense qu’avant tout “c’est nécessaire de faire la politique du pays”.

Marina a exprimé une critique envers ceux qui se plaignent que le Ministère “est plein d’environnementalistes”, comme si cela était quelque chose de néfaste pour les activités du cabinet. “Personne ne se plaint parce que le Ministère de l’Éducation est plein d’éducateurs, d’économistes dans le Ministère des finances ou d’agronomes dans le Ministère de l’Agriculture ; les gens (en se rapportant à son équipe) sont ici parce qu’ils ont des idées, des principes et des intentions et croient dans tout ce qui dépend de nous.

En faisant le bilan de sa gestion face au Ministère de l’Environnement, Marina Silva a rejeté la préoccupation primordiale de la mauvaise gestion précédente. “Nous décidons de donner continuité aux choses positives que nous trouvons dans le secteur environnemental, en citant en exemple l’article 225 de la Constitution Fédérale et de la création du Ministère de l’Environnement“, Marina a cité la réduction de 31% du déboisement de l’Amazonie, comme un point positif de sa gestion et a placé comme un défi de première importance la conservation des forêts. Selon la ministre, la meilleure forme de protection des forêts passe par la viabilité économique et soutenable de ses produits.

TRANSPOSITION DE SÃO FRANCISCO

Par rapport au projet de transposition du fleuve São Francisco, elle a expliqué que celui-ci a été repositionné de sorte que la quantité en sortie d’eau initiale de 149 m3/s sera réduite a une sortie de 26 m3/s et que l`approbation de cette proposition est présentement analysé par le PEC de la régénération du São Francisco. Marina a défendu le sujet pour la population du secteur semi-áride brésilien, en argumentant que le programme constitue un développement soutenable pour la région. “Beaucoup de ceux qui critiquent sont les mêmes qui jettent leurs égouts dans le fleuve São Francisco“, a-t-elle dénoncé.

TRANSGÊNIQUES

En ce qui concerne les transgêniques, la ministre a reconnu publiquement avoir été mise en échec. “La proposition du Ministère n’a pas été approuvé par le Sénat, mais le Sénat est souverain“ ; a dit. : ce qui a été mis en échec c`était le pays et l’article 225 de la Constitution Fédérale. Elle a invité à tous, le Gouvernement, les ONGs, la société Civile de reconnaître leurs propres conquêtes. “Je veux regarder du bas vers le haut, ayant au-dessus de moi le pays, au-dessus du Ministère ils sont 180 millions de Brésiliens et regarder de bas en haut pour que nous construisions ce pays“, a-t-elle conclut. Le public était au délire et a applaudit du pied en criant “MARINA, MARINA, MARINA…“.

SOCIÉTÉ CIVILE

La représentante de la Société Civile, Maria Dolores Feitosa, de Tauá, Ceará, a ensuite invité tous ceux présent à se rejoindre dans la construction soutenable du Brésil. “Il est nécessaire de combattre côte à côte, le peuple, les entrepreneurs, le gouvernement, la société civile pour que chacun ait accès à une alimentation appropriée, a-t-elle souligné. Dolores a invité les participants a laisser de côté les facteurs exogènes. Le Gouvernement Fédéral qui ne débloque pas les budgets, la municipalité qui n`aide pas, le Gouvernement de l’état qui ne fait pas sa part, donc, d`après elle, se sont eux les acteurs endogènes – c`est par notre conscience, notre volonté que nous les déplaceront pour arriver à nos fins. “Que les autorités ici présentes nous intègrent dans leurs actions, pour que nous soyons tous les participants d’un avenir meilleur pour tous .

Il a été signé, encore pendant la cérémonie d’ouverture, un accord avec le représentant de KFW, Alfred Schweitzer, pour la mise en oeuvre de deux corridors écologiques. L’ambassadeur de l’Allemagne au Brésil, Friedrich Pratz, a souligné l`importance de la coopération, mais a souligné que le travail de conserver l’environnement brésilien celui de préserver la plus grande biodiversité de la planète est la responsabilité de tous les Brésiliens et les Brésiliennes. “Cette II CNMA est un travail d’inclusion et de solidarité et son succès dépend du travail de tous, depuis le gouvernement fédéral, de l’état et Municipal, jusqu’à la société civile“, a t-il conclut.

Letícia Sabatella pendant l’ouverture de la II Conférence Nationale de l’Environnement. `Photo Valter Campanato/ABr)

L’attraction culturelle de ce premier jour d’ouverture de la II Conférence Nationale de l’Environnement s’est terminé par la présentation culturelle de Marcos Viana e transfonica Orquestra avec la splendide chanson “Assim falou Padim Ciço“ et Ave Maria de la Natureza. Letícia Sabatella, a fermé la soirée en interprétant “Volver los 17“ et en narratant le “Credo de l’Écologie Totale“, de D. Pedro Casaldáliga. Elle a par la suite interprété une prière pour les populations marginales de São Francisco, une musique de Tim Rescala. “vivemos em função desse rio, não permitiremos esse rio morrer“ ! Nous vivons en fonction de ce fleuve, nous ne permettrons pas à ce fleuve de mourir », dit le refrain.

* Pour la traduction : Geneviève Dufresne stagiaire d`alternatives au Brésil

Signatures: 0

Forum

Associação Civil Alternativa Terrazul,

Rua Goiás No 621. Bairro: Pan-Americano. Cep: 60441000 Fortaleza - Ceará - Brasil

E-mail: alternativa.terrazul@terra.com.br tel: + 55 85 32810246

Alternatives International

Date Nom Message